La Réaction en chaine de bicyclette.

Publié le 15 Août 2012

Des déchets vélo-actifs !

Mais qui sont donc ces hurluberlus circulant à deux roues sur les chemins du pays ? Non seulement ils sont dépenaillés, ce qui ne nous surprend guère ; ces gens n'ont vraiment aucune manière, mais qui plus est, ils sont souriants et radieux alors qu'ils ne désirent rien tant que s'en retourner à l'époque de la bougie !

Ils avancent la tête haute, réclamant, indignité suprême, la fin de nos expérimentations machiavéliques, la dénonciation de notre pacte avec le diable en personne, le Lucifer de la réaction thermonucléaire … Honte à eux qui se prétendent individus libres et raisonnables et pensent faire plier les forces du mal. L'argent ouvre les portes de l'enfer, ce ne sont pas des cyclistes du dimanche qui vont nous détourner de notre ligne à si haute tension !

Un vélo contre un noyau, faut-il avoir l'esprit dérangé pour croire que le pot de terre brisera l'enceinte de confinement, de mépris et de certitude qui nous habitent. Nous nous fichons éperdument de l'opinion de ces gens, nous nous désintéressons éperdument de la suite de l'aventure. Nous irradions de confiance quand eux prétendent que nous menaçons l'espèce. Quelle prétention incroyable !

Bien-sûr, nous avons tout prévu, tout programmé, tout anticipé. Les déchets : enfouis ? dans nos consciences, les incidents : mineurs et si localisés, les catastrophes : circonscrites et vite oubliées. La fée électricité s'est penchée sur notre berceau et nous a donné l'absolution pour tous nos crimes contre l'humanité ! On ne fait pas d'omelettes sans casser des gueux !

Ils pensent nous désarçonner en se mettant en selle. Étrange pensée magique, curieuse manière de dépenser inutilement leur énergie. Nous sommes au dessus de ce peuple mécréant, ces sans foi ni dieu qui ne se prosternent pas, comme il se devrait, devant le Progrès et la Science. Du haut de nos tours de refroidissement, nous observons narquois ces misérables vermisseaux : « Pédalez, vils manants, la fusion ne vous attendra pas ! »

D'où viennent-ils du reste ? Ils se persuadent que l'histoire est un éternel recommencement. En partant de Plogoff, ils veulent, les crédules et sots personnages, infléchir une fois encore le cours de l'histoire, faire reculer la force injuste pour éclairer le Monde. N'ont-ils pas compris que leurs fanaux ne sont que de misérables torchères quand nous, d'une simple réaction en chaine, nous illuminerons définitivement la Planète toute entière.

Pédalez donc mes bons amis, n'oubliez pas de brancher vos dynamos et trouvez donc grottes et cavernes pour vous abriter sur votre route. Il y a pas de confort et de bien-être sans nous, vous le comprendrez bien vite. De plus, nous dresserons sur votre route les forces à notre service : police et gendarmerie, fidèles serviteurs zélés de notre organisation privée. Préparez vos papiers, ils seront sans pitié.

Il ne faut jamais se dresser contre la force injuste du plus fort. Vous vous lancez dans une aventure sans lendemain. Nous vous écraserons comme de vulgaires mouches. Nous avons corrompu le nouveau président, sitôt élu, il s'est déjà couché devant nos exigences. Avancez donc, à contre courant de l'histoire. La vérité n'est qu'illusion, c'est le mensonge qui a fait notre gloire.

Cyclistes en goguettes, sachez que la réalité est bien loin de vos douces rêveries, qu'il ne sert à rien de défendre l'avenir et que seul le présent peut nous donner raison. Vous ferez comme vos amis écologistes, pour quelques sièges et de jolis postes, vous abandonnerez toutes vos vaines croyances. Roulez tant que vous le pouvez puis, exténués, comme tous les autres, vous vous coucherez devant nos imposantes puissances éclectiques.

Prophétiquement vôtre.

Repost 0
Commenter cet article