Présentation et buts de la caravane.

Publié le 4 Août 2012

Vous avez des jours libres en aout ou septembre, ce qui se passe à Fukushima vous inquiète très sérieusement parce que, vous, vous êtes au courant de ce qui s’y déroule malgré le silence médiatique et politique, et au-delà de Fukushima dans l’ensemble du Japon ; vous pensez qu’il est urgent d’en tirer les enseignements et en particulier pour la France ; vous aimez le vélo, ou vous ne faites pas de vélo mais vous pouvez vous déplacer, alors n’hésitez pas, venez participer avec votre vélo, ou sans en étant présent au départ ou à une arrivée d’étape, à :

La caravane à vélo, de Plogoff à Fessenheim-Wyhl, des indignés du nucléaire de plus en plus inquiets.

Elle partira de Plogoff dans le Finistère le dimanche 5 aout dans l’après-midi après un pique-nique musical festif, pour rejoindre Fessenheim-Wyhl le samedi 8 septembre, après avoir serpenté le long de la transversale est-ouest en passant d’un site nucléaire à l’autre. Une promenade à vélo qui se veut joyeuse, humoristique et colorée avançant à un rythme pépère, et chacun à son rythme : 40 km en moyenne par jour, soit 4 heures de flânerie vélocipédique quotidienne (en gros 2 heures le matin, 2 heures l’après-midi), avec arrivée si possible aux environs de 17-18h sur la place de la localité.

Vous pouvez suivre le périple de la caravane grâce au carnet de voyage publié au bas de cette page.

Ses buts:

1)réveiller le souvenir des résistances victorieuses à la déraison nucléaire (Plogoff, Erdeven, Le Pellerin-Le Carnet , Bourg d’Iré, Wyhl, en ce qui concerne le trajet de la caravane),

2) inciter, encourager les média à parler de Fukushima et du Japon,

3) obtenir une date très prochaine pour le débat sur l'énergie promis par le candidat Hollande et qu’il soit d’une durée suffisante pour enfin tirer les enseignements des catastrophes nucléaires, et en particulier celles de Mayak (1957), Winscale-Sellafield (1957), Saint-Laurent des Eaux (1969 et 1980), Three Mile Island (1979), Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011), surtout de Fukushima,

4) réclamer un dorlotement exceptionnel de tous les salariés des centrales nucléaires, y compris bien évidemment les intérimaires, à tous les niveaux de hiérarchie afin de maintenir à leur niveau le plus bas les risques d’accident, et

5) fixer la date de fermeture de la centrale de Fessenheim

Pour une seule ou pour plusieurs étapes, à vélo ou non, l’important est de PAR-TI-CI-PER.

Afin de populariser cette caravane et la médiatiser, de lui donner le maximum de publicité, les participants seront si possible déguisés et il est fait appel aux chanteurs(ses) musicien(ne)s, conteur(ses), danseur(ses) et artistes de rue pour animer les soirées d’étape, lesquelles accueilleront également des conférences, et à la tombée de la nuit la projection d’un film documentaire(*). Grâce à un feuilleton quotidien, écrit (par « C’est Nabum » ( Chroniques-ovales)) et peut-être vidéo, il s’agira de susciter l’intérêt du plus grand nombre de sites et blogs spécialisés, auxquels il sera fait appel pour le diffuser, et celui des médias traditionnels, régionaux et qui sait nationaux.

Notre slogan central, ou nucléaire : vélo-inactif ce matin, radioactif ce soir. Mais ça pourrait tout aussi bien être : vélo-inactif aujourd’hui, radioactif demain. Ou : vélo-inactif ce matin, radioactif demain. Ou…)

Nous fleurirons nos vélos d’hortensias en référence et soutien à la mobilisation des Japonais en réponse à leur détresse (La Révolution des Hortensias - Tokyo : 170 000 personnes disent non à l’insulte nucléaire - Le blog de Fukushima). Nous espérons que les communes et leurs habitants informés de notre passage nous accueilleront avec ces fleurs.

A ce propos nous décernerons plusieurs prix au terme de notre équipée:

1)La palme du meilleur des accueils d’étape, et

2) le tuba (ou trop-fait) du meilleur désaccueil.

3)de plus, le ou la maire, ou le ou la citoyen(ne) élu(e) à cette occasion ou tiré(e) au sort, de la commune ou de la ville d’où sera partie l’étape au cours de laquelle auront participé le plus grand nombre d’indigné(e)s vélo-actifs se verra offrir au choix :

-pour sa commune : en raison de cette conscience de l’engagement prioritaire, en résistance au rythme chronophage hyperactif et stressant imposé par notre société sur-industrialisée et consumériste (perdre sa vie à la gagner) : une étape CONTRE la montre dans le Tour de France 2013

- pour lui ou elle-même un diner aux chandelles (forcément !...) dans un restaurant bio avec Delphine Batho, ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.

-ou alors un troisième prix dont nous réservons la surprise mais qui devrait plaire. Par exemple quelque chose comme :

- une journée en compagnie de notre Président et de sa compagne, mais sans repas compris. Ou en cas d’indisponibilité (catastrophe nucléaire, guerre contre l’Iran, fugue du tchat du couple…): un diner en tête à tête avec notre Premier-ministre. Ou pareil : une journée si vous préférez ; mais alors toujours repas non compris.

- Un jacuzzi entièrement rempli des eaux authentiques des piscines de la centrale de Fukushima Daïchi.

- Un saut à l'élastique du haut d'une tour de refroidissement de votre choix Deux options sont possibles : avec la tour en fonctionnement ou non.

- Une expérience unique en compagnie d'un fil-de-fériste qui vous fera vivre une expérience unique à haute tension

- Une épilation complète réalisée au cœur d'un réacteur.

Liste non exhaustive. Toutes les suggestions sont les bien venues !

CONTACT : karavelopf1@gmail.com

(*) projection précédée de l'incontournable minute nécessaire de Bridget Kyoto (Chaîne de BridgetKyoto)

Trajet de la caravane à vélo de Plogoff à Fessenheim des indignés de plus en plus inquiets du nucléaire

(son trajet étant susceptible de présenter de menues modifications, merci de nous contacter quelques jours avant l’arrivée de l’étape)

1) DIMANCHE 5 AOUT : départ de Plogoff après un pique-nique festif sur le site de Feunteun Aod, sur lequel grâce à un combat acharné mené de 1978 à 1981 n’erre plus désormais que le souvenir fantomatique d’une centrale nucléaire. Arrivée à la ferme de Gorré à Plouhinec.

2) lundi 6 aout : arrivée à Sainte Anne La Palud

3) mardi 7 aout : arrivée à la maison du cidre d’Argol, après commémoration au Fret à 17 h des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 aout 1945

4) mercredi 8 aout : arrivée à la centrale de Brennilis

5) jeudi 9 aout : arrivée à Carhaix

6) vendredi 10 aout : arrivée à Meslan et visite des sites des anciennes mines d’extraction d’uranium

7) samedi 11 aout : arrivée à ERDEVEN, lieu d’une opposition victorieuse à l’implantation d’une centrale nucléaire en 1975

8) DIMANCHE 12 AOUT : arrivée à Muzillac

9) lundi 13 aout : arrivée à Guérande, après passage sur le site des anciennes mines d’extraction d’uranium

10) mardi 14 aout : arrivée au CARNET, lieu d’une opposition victorieuse à l’implantation d’une centrale nucléaire (1982-1997)

11) mercredi 15 aout : arrivée au PELLERIN, lieu d’une opposition victorieuse à l’implantation d’une centrale nucléaire (1976-1981)

12) jeudi 16 aout : arrivée à Mauves-sur-Loire

13) vendredi 17 aout : arrivée à Ingrandes

14) samedi 18 aout : arrivée à Champteussé-sur-Baconne, installation de stockage de déchets dangereux (de Saint-Laurent-des-Eaux, de Chinon)

15) DIMANCHE 19 AOUT : arrivée à La Daguenière

16) lundi 20 aout : arrivée à la centrale d’AVOINE

17) mardi 21 aout : arrivée à Tours

18) mercredi 22 aout : arrivée à Chaumont-sur-Loire

19) jeudi 23 aout : arrivée à la centrale de SAINT LAURENT DES EAUX

20) vendredi 24 aout : arrivée à Orléans

21) samedi 25 aout : arrivée à la centrale de DAMPIERRE EN BURLY

22) DIMANCHE 26 AOUT : arrivée à la centrale de BELLEVILLE

23) lundi 27 aout : arrivée à Entrains-sur-Nohain

24) mardi 28 aout : arrivée à Vézelay

25) mercredi 29 aout : arrivée à Semur-en-Auxois

26) jeudi 30 aout : arrivée à Darcey

27) vendredi 31 aout : arrivée à Moloy (Valduc, CEA : centre nucléaire pour la production d'armements)

28) samedi 1er septembre : arrivée à Dijon

29) DIMANCHE 2 SEPTEMBRE : arrivée à Pesmes, après passage à Pontailler-sur-Saône (déchets, stockage. Installation de stockage de déchets dangereux ayant reçu des boues de décantation de très faible activité provenant du Centre d'Etudes de VALDUC)

30) lundi 3 septembre : arrivée à Besançon

31) mardi 4 septembre : arrivée à Baume-les-Dames

32) mercredi 5 septembre : arrivée à L’Isles-sur-le Doubs

33) jeudi 6 septembre : arrivée à Montbéliard

34) vendredi 7 septembre : arrivée à Mulhouse

35) SAMEDI 8 SEPTEMBRE : arrivée à la centrale de FESSENHEIM

36) et DIMANCHE 9 SEPTEMBRE : festivités puis ballade à WYHL en Allemagne. En 1975, occupation du chantier de la centrale nucléaire par 25 000 militants pendant 8 mois : de Kaisergaust (Suisse) à Gerstheim (Bas-Rhin), 12 projets de réacteurs sur le Rhin sont abandonnés.

Repost 0
Commenter cet article

Frédéric Boutet 07/08/2012 13:13

C’est très polémique pour nous.
Voici ce que nous avons distribué au départ de la caravane.
Quand est-ce qu'on associera nos énergies au lieu de les opposer ?
fb

Une caravane à vélo auto-proclamée “les indignés du nucléaire” par les quelques organisateurs va rouler de Plogoff à Fessenheim. Cela ressemble à une initiative citoyenne mais quand on examine ce que réclament ces quelques inconnus, leurs mots d’ordre, on se rend compte qu’ils servent la soupe aux technocrates socialistes au gouvernement : organiser un débat sur l’énergie et faire croire qu’on est en démocratie avec le nucléaire !
Les mots d’ordre de la caravane à vélo

Des gens s’apprêtent à rouler à vélo sous les mots d’ordre suivant [1] :

réveiller le souvenir des résistances victorieuses à la déraison nucléaire,
exiger une date pour le débat sur l’énergie promis par le candidat Hollande,
réclamer un dorlotement exceptionnel des salariés des centrales nucléaires,
et fixer la date de fermeture de la centrale de Fessenheim.

L’Autorité de Sûreté Nucléaire et le pouvoir en place disent « merci » : les organisateurs de la caravane les aident dans leur objectif de gérer le nucléaire le mieux possible. Les Japonais de la révolution des Hortensias sont-ils en train de demander une meilleure gestion du nucléaire ? Non. Pourtant les randonneurs à vélo en France, oui !

Les représentants associatifs et politiques antinucléaires au printemps 2012 ont aidé le « camarade » Hollande à prendre le contrôle du feu nucléaire, ils ratissent large et trompent leurs adhérents ensuite[2]. Il est naturel que les partisans de la croissance verte demandent un nouveau « Grenelle » à leur maître, cette fois-ci sur l’énergie spécifiquement. Tous ces co-gestionnaires – Greenpeace, RAC, Agir pour l’Environnement, WWF, Fondation Nicolas Hulot, Yann Arthus-Bertrand et peut-être les Amis de la Terre et SDN –, nous préparent une nouvelle grande tromperie avec moult contraintes administratives nouvelles sur la base émotionnelle de bons sentiments « écologiques » comme « sauver la planète ».

« Les gouvernements les plus honnêtes et ceux qui ont les meilleures intentions sont les plus dangereux. … Quand on est au pouvoir… parce qu’on croit que le pouvoir est le moyen nécessaire pour atteindre les fins qu’on se propose, on trouve tout naturellement et logiquement que ce qui est nécessaire, urgent et primordial, c’est de rester au pouvoir, – et pour rester au pouvoir, on accorde des privilèges pour se créer une cour d’intéressés qui vous soutienne, on constitue une force armée que vous défend et on traite d’ennemis tous ceux qui ne se plient pas à votre volonté. »

« Ecrits choisis » E. Malatesta

Nous voulons que les choses soient claires. Nous disons : « arrêt immédiat du nucléaire » et cela signifie que nous ne sommes pas comme ces co-gestionnaires qui n’ont que des bons sentiments à la bouche, qui se trompent et qui trompent leurs adhérents. Nous voulons nous associer avec tous ceux qui veulent d’abord arrêter les réacteurs nucléaires. C’est ce que veulent désormais les Japonais[3]. Soyons vigilants et informons-les sur les dangers de la création d’un « parti vert » à l’image de ceux qui assurent la cogestion du nucléaire en Europe.

Faisons face à nos adversaires – l’état notamment qui ne veut pas arrêter les réacteurs – plutôt que de les aider à gérer leurs installations et leurs pollutions. Contact : stop-nucleaire@yahoo.fr .

STOP NUCLEAIRE STOP CO-GESTIONNAIRES

[1] http://groupes.sortirdunucleaire.org/Caravane-a-velo-pour-sortir-du?date=2012-08
_ [2] Les co-gestionnaires du nucléaire (sur www.coordination-stopnucleaire.org)
_ [3] 7,5 millions de personnes ont signé pour la sortie du nucléaire (Le Monde 26 juillet 2012)

Patrick Boulé 13/08/2012 23:14

Bravo pour ce message "engagé", c'est vrai, la démocratie en général, et la démocratie Française en particulier, surtout sur le nucléaire, c'est une belle foutaise!

On peut toujours critiquer cette action, mais au moins elle a le mérite de ramener sur le devant de la scène ce qui se passe au Japon et la question du nucléaire. Et pourquoi ne pas venir en parler directement avec les participants de cette caravane, si ils se trompent, venez les éclairer un peu, car eux vont à la rencontre des gens qui se croient "citoyens". Et des "citoyens" éclairés, il y en a bien peu pendant et à l'arrivé des étapes.
Amicalement.

Didier 04/08/2012 21:56

Bravo, félicitation pour cette action. Le collectif "Fessenheim Stilllegen Jetzt !" ("fermons Fessenheim maintenant") est de tout cœur avec vous et nous souhaitons vous soutenir sur place lorsque vous serez à Fessenheim !